7 clés pour écrire une bonne histoire #4

Le magazine Psychologie Positive a publié cet été un hors série sur l’écriture créative particulièrement intéressant.

Je vous partage ici, les 7 clés pour écrire une bonne histoire, que vous pourrez retrouver en version intégrale dans le magazine.

 

 Clé 1 : La Question Dramatique

 

Il s’agit de définir ce qui donne son argument dramatique à l’histoire, c’est-à-dire le principe directeur qui va mener l’intrigue. Par exemple, dans mon livre Le Pendule de Janus, la question est « Caroline arrivera-t-elle à retrouver la mémoire pour découvrir comment elle s’est retrouvée à l’hôpital? » Cette question organise la trame du récit.

 

Clé 2 : Ai-je un enjeu suffisamment fort et intéressant ?

L’enjeu correspond à ce qui se joue dans l’histoire. Le héros poursuit un but, un objectif. Que se passera-t-il s’il ne l’atteint pas ? En quoi est-ce important pour lui de l’atteindre ? Dans Le Pendule de Janus, Caroline souhaite atteindre l’objectif de retrouver la mémoire. Si jamais elle ne la retrouve pas, ce qui lui est arrivé dans les jours précédents son arrivée à l’hôpital risque de la hanter jusqu’à la rendre folle. Ne pas savoir est parfois pire que de découvrir une vérité qui dérange. Le doute pathologique est un véritable torture psychologique.

 

Clé 3 : Quelle est la proposition dramatique de l’ histoire ?

Afin de construire une histoire, il est possible d’utiliser la technique des 6W en anglais pour  : Who / What / When /Where / Why / hoW (soit en français : Qui / Quoi /  Quand / Où / Pourquoi / Comment). Ces questions permettent de tracer la structure du récit, d’en construire les fondations.

 

Clé 4 : Quels sont les conflits dramatiques ?

Ces conflits vont permettre de tenir le lecteur en haleine. Il s’agit de ressorts qui sont corrélés au récit. Par exemple, dans Le Pendule de Janus, Caroline souhaite comprendre ce qui lui est arrivé, mais elle a perdu la mémoire (ce qui complique un peu sa tâche). Cela peut prendre différentes formes comme un amour contrarié, des obstacles empêchant l’atteinte de l’objectif…

 

Clé 5 : Le point de vue sur l’action et le genre de l’histoire

Cette clé correspond à la façon de raconter l’histoire. Qui sera le narrateur ? De quel point de vue va être racontée l’histoire (le tueur ? Le flic… ?) ? Dans quel style ? Quel genre (suspense ; thriller ; romance…) ? Chaque élément a son importance, et une même histoire racontée d’un point de vue ou dans un genre différent sera une histoire complètement différente…

 

Clé 6 : Comment structurer et approfondir l’histoire ?

La formule classique utilisée par un grand nombre d’auteur, est une formule reprise du théâtre, à savoir l’histoire en trois actes :

  • Acte 1 : Exposition avec la présentation des personnages ; le contexte ; l’environnement.
  • Acte 2 : Basculement avec développement de l’intrigue à la suite d’ un élément déclencheur, puis des obstacles à dépasser.
  • Acte 3 : Résolution avec climax ; fermetures des portes ouvertes en début de récit et conclusion (retour à la normale).

À ces trois actes, l’auteur peut ajouter des sous-intrigues pour donner plus d’épaisseur à son intrigue.

 

Clé 7 : À quoi bon ?

L’idée ici est de se poser la question du but de raconter cette histoire ? Que voulez-vous dire au travers de cette histoire ? Pourquoi le raconter de cette façon ? Qu’est-ce que cette histoire apporte de nouveau / d’original ?

Ces 7 clés sont une base pour démarrer l’écriture d’une intrigue. Dans un prochain article, j’approfondirai ma pensée sur les techniques d’écriture en me basant sur le livre de John Truby L’anatomie du scénario qui délivre une méthodologie très riche et structurée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *