L’étincelle

J’ai 12 ans…

Et ma nouvelle professeur de français me subjugue. Elle est belle, elle est prof. Et quand elle parle littérature, la lectrice déjà passionnée que je suis, est hypnotisée par ses paroles. Elle propose l’écriture d’une rédaction sous forme de fiction. Je m’y attelle. C’est mon premier récit et je veux l’impressionner. Puis, à mesure que l’encre coule sur ma feuille, un autre désir surgit, comme une étincelle. Le désir de raconter une histoire, de transporter l’autre dans un voyage qui l’emportera comme je le suis quand je lis les romans de Stephen King ou d’Agatha Christie, le soir sous ma couette. L’étincelle est née. Et elle va continuer de grandir au travers l’écriture régulière de nouvelles, de poèmes ou même de chansons. Tout est prétexte à l’expression créative de ce feu qui s’embrase.

J’ai 33 ans…

Après des études de psychologie, je rencontre l’hypnose. Un autre genre de feu. Une autre façon de raconter des histoires. De celles qui permettent aux autres de changer. De changer de perception, de croyances, de comportements aussi. Et je repense à cette histoire, le cercle des poètes disparus, qui a été le roman de mon premier changement post-livresque. Le feu s’anime et trouve de nouveaux chemins qui viennent compléter l’embrasement initial. Des séances où je raconte l’histoire que les lecteurs ont besoin d’entendre pour avancer dans leur vie, des articles qui précisent les chemins du changement possible, des chroniques… Un nouveau foyer s’est crée et va venir alimenter, nourrir et se nourrir, du foyer initial.

J’ai 38 ans.

Après quelques années de pratique de l’hypnose, une nouvelle étincelle. Celle-ci a été rendue possible par les précédentes qui ont évolué, en brûlant les peurs et les angoisses qui me consumaient, où la fumée toxique des saboteurs intérieurs venaient troubler ma vue et asphyxier la beauté des flammes qui m’animaient. Cette étincelle donne naissance à un roman. Un roman qui sera auto-publié. Le premier. C’est tout de même une fierté que de laisser aboutir un désir en réalité. Et une nouvelle certitude s’embrase. Il est le premier d’une longue lignée d’histoires à raconter à d’autres afin de transmettre, comme il m’a été transmis, l’étincelle d’une émotion, d’un plaisir sous la couette, d’un voyage où même, pourquoi pas d’un questionnement voire un changement…. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *