La structure narrative

La structure narrative d’un roman correspond à la façon dont l’histoire se développe dans le temps. Une histoire traverse au moins 7 étapes de développement du début à la fin.

Quelles sont les 7 étapes clés de la structure narrative ?

  1. Faiblesses et besoins
  2. Désir
  3. Adversaire
  4. Plan du héros
  5. Confrontation finale
  6. Prise de conscience
  7. Nouvel équilibre

Ces étapes constituent le noyau du roman.

Faiblesses et besoins

Tout héros digne de ce nom comporte des qualités et des défauts, des forces et des faiblesses. Souvent, dans un roman, ce sont les faiblesses du héros qui l’empêche d’avancer et le bloque. Pourtant, mû par un besoin profond, le déclencheur de l’histoire va agir comme un catalyseur qui va permettre au héros de se mettre en mouvement. Les faiblesses et les besoins sont liés. Par exemple, un héros dont la faiblesse est sa timidité aura pour besoin d’être reconnu. Alors qu’on lui propose d’animer une conférence, faiblesse et besoin vont entrer en conflit et il va devoir trouver des stratégies pour dépasser sa faiblesse et accomplir son besoin.

Le besoin est la source de l’histoire, la base des autres étapes, mais au début de l’histoire le héros n’en a pas conscience.

Ce besoin doit être à la fois psychologique, mais également moral. Dans l’exemple de notre héros et sa conférence, le besoin moral engendrerait une façon de se comporter immorale envers les autres. Par exemple il blesserait les autres en ayant déjà accepté de parler en public, mais en s’étant mal comporté. Comme cette fois où il avait accepté de donner un discours au mariage de son meilleur ami et qu’il lui avait posé un lapin de dernière minute.

Pour s’assurer d’avoir bien créé un besoin psychologique et un besoin moral, partez du besoin psychologique (besoin de se protéger, d’être aimé, accepté, reconnu, se sentir exister…) et posez-vous les questions des comportements incorrects que cela va engendrer.

Un héros a besoin de se protéger par peur de l’abandon. Résultat, il blesse les femmes avec qui il entretient des relations par peur qu’elles le blesse en premier et qu’il en souffre.

Désir

Le désir correspond à ce que le héros souhaite obtenir, son objectif. Lié au besoin, l’atteinte de l’objectif est directement corrélée à la satisfaction du besoin.

Alors que le besoin est interne, le désir se manifeste de façon externe. Par exemple, dans mon roman « Arizona thérapie », Agatha à le besoin de s’émanciper des injonctions de son mari, ses parents, la société. Son désir va consister à vouloir apprendre à gérer ses crises d’épilepsie avec un hypnothérapeute. Pour atteindre son objectif (apprendre à gérer ses crises), elle va fuguer (et donc s’émanciper). La poursuite de son désir va constituer ce que les lecteurs vont suivre dans l’histoire. Il s’agit de la manière dont elle va améliorer sa vie. Son besoin, s’émanciper de sa condition de femme dans les années 50, est moins en surface et se dévoile à mesure que l’on suit l’histoire et de tout ce que ses actions impliquent plus profondément en elle. Elle en prendra elle-même conscience plus tard.

Adversaire

Un véritable adversaire est celui qui empêche le héros d’atteindre son objectif (donc désir) et donc son besoin. Il peut aussi être son concurrent, en compétition face au héros. Leurs désirs et besoins peuvent donc être différents comme similaires.

Dans « Arizona thérapie », le premier adversaire est sa maladie. Puis, son mari et son père vont entrer dans cette catégorie pour d’autres désirs et d’autres objectifs. La maladie empêche Agatha de vivre sa vie dans des conditions optimales et de l’aider à poursuivre ses objectifs comme terminer ses études. Son mari désire retrouver sa femme telle qu’il l’a épousée, une future mère avec qui fonder une famille. Et son père, souhaite que sa fille rentre également dans ce droit chemin qu’il lui a tracé. L’héroïne se découvre alors inadaptée pour cette vie à laquelle elle pensait adhérer.

Plan du héros

Il s’agit de toutes les stratégies que le héros va mettre en place pour atteindre son objectif et vaincre l’adversaire. Fuir pour Agatha. Le plan est lié au désir et au besoin. Le plan peut se trouver élaboré. Mais le héros peut aussi avancer pas à pas.

Confrontation finale

Elle se fait entre le héros et l’adversaire, généralement au milieu de l’histoire. Elle permet aux deux protagonistes de s’affronter (physiquement ou moralement) et à l’un des deux d’atteindre son objectif. Quand le père confronte Agatha dans mon roman, il pense avoir atteint son objectif. Mais c’est sans compter sur les ressources développées par l’héroïne qui vont lui permettre de relancer l’histoire…

Prise de conscience

Après l’expérience difficile de la confrontation, le héros prend conscience de son besoin et de la façon dont il créait des comportements immoraux jusque là. Il fait le point et la suite de l’histoire va se poursuivre sur la qualité de cette prise de conscience. Elle peut pousser le héros à prendre des décisions. À chercher à s’améliorer tout en continuant la quête de son objectif.

Nouvel équilibre

Il s’agit d’un retour à la normale. Le désir a été atteint et les besoins satisfaits. Le héros peut reprendre le cours de sa vie avec ses nouveaux acquis. Positifs ou négatifs en fonction de la prise de conscience et de qui a gagné la confrontation finale.

À partir de la prémisse, vous pouvez désormais construire la suite de votre squelette…

Et pour approfondir ces notions, vous pouvez également lire Anatomie du scénario de John Truby, d’où cet article est issu.