L’effet Barnum

Commencez par lire la description ci-dessous :

« Vous avez besoin d’être aimé et admiré, et pourtant vous êtes critique avec vous-même. Vous avez certes des points faibles dans votre personnalité, mais vous savez généralement les compenser. Vous avez un potentiel considérable que vous n’avez pas encore utilisé à votre avantage. À l’extérieur vous êtes discipliné et vous savez vous contrôler, mais à l’intérieur vous tendez à être préoccupé et pas très sûr de vous-même. Parfois vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décision ou fait ce qu’il fallait (…) Par moments vous êtes très extraverti, bavard et sociable, tandis qu’à d’autres moments vous êtes introverti, circonspect et réservé. Certaines de vos aspirations tendent à être assez irréalistes »

Sur une échelle de 0 (médiocre)à 5 (excellent) : À quelle niveau de pertinence noteriez-vous cette description par rapport à votre personnalité ?

Lisez maintenant la description ci-dessous :

« Vous aimez penser à vous-même en premier : vous êtes plutôt égoïste même s’il vous arrive quelquefois de vous laisser aller à être généreux. Sensible au regard des autres, vous avez des difficultés à dire non, ce qui entraîne souvent des frustrations chez vous. Vous manquez de confiance en vous mais parfois, dans un regain de fierté, vous faites valoir vos droits et refusez de vous laisser faire. Vous ne manquez pas l’occasion d’économiser vos efforts, quand cela se présente, ce qui amène certains de vos proches à penser que vous êtes un profiteur. Il arrive fréquemment que vous enfreigniez les règles, mais toujours modestement pour ne pas risquer une amende ou d’autres peines. Vous préférez cacher ce que vous ressentez aux autres pour ne pas les froisser, et il vous arrive même de leur mentir, mais sans pour autant chercher à leur nuire. »

Sur une échelle de 0 (médiocre)à 5 (excellent) : À quelle niveau de pertinence noteriez-vous cette description par rapport à votre personnalité ?

Il y a de fortes chances que vous ayez noté 4 ou 5 la première description et moins de 2 la seconde… Non ?

Définition

On doit cette expérience datant de 1949 à Forer. Ce chercheur fit passer à chacun de ses étudiants un test de personnalité. Il jeta ensuite ces résultats à la poubelle et recopia un texte d’une analyse de personnalité extraite de la rubrique astrologique d’un magazine quelconque. Quelques jours plus tard, il remit à chaque élève le texte. Ils ne savaient pas que tous avaient reçu en fait le même. La moyenne des résultats obtenus est de 4,2 sur 5 ce qui démontre un important accord.

Ce résultat s’explique par ce que l’auteur a nommé l’ « effet Barnum ».

Cet effet se définit par la tendance à considérer des énoncés généraux sur la personnalité, généralement positifs, comme s’appliquant à soi.

Les psychologues Dickson et Kelly ont ensuite poursuivi les recherches sur cet effet, faisant notamment ressortir que l’évaluation de la pertinence augmentait selon différents facteurs, principalement:

 la persuasion du sujet que l’analyse s’appliquait à lui seul

– la reconnaissance par le sujet d’une autorité de l’évaluateur

– la présence dans l’analyse de traits majoritairement positifs

Cet effet fait partie de ce que l’on appelle des « biais cognitifs ». Pour en apprendre plus sur ce sujet, vous pouvez notamment lire les excellents ouvrages suivants :

L’auto-Hypnose

« On ne va jamais aussi loin que si on ne sait pas où on va (consciemment). »
Goethe

Définition

L’autohypnose est un état modifié de conscience qui conduit à un état mental d’hypervigilance (caractéristique de l’hypnose) et souvent de relaxation dans lequel le sujet cesse de diriger volontairement le cours de ses pensées. La sensibilité à la suggestion et aux métaphores s’y trouve grandement amplifiée.
(source : wikipédia)

Quelques principes

  • Votre potentiel est illimité (grâce à la plasticité cérébrale, votre cerveau est en perpétuel changement et l’auto-hypnose permet de reprendre du contrôle sur ces changements…)
  • L’imagination est plus forte que la réalité (le cerveau ne fait pas la différence entre les deux, et cela permet de créer des expériences dans son imaginaire qui auront un impact dans notre réalité comme la préparation mentale du sportif qui visualise son parcours avant de le réaliser)
  • La carte n’est pas le territoire (il existe autant de réalités que d’individus et chacun peut transformer la sienne)
  • Savoir n’est pas pouvoir (connaître l’existence d’un problème ne suffit pas toujours à le résoudre car d’autres éléments agissent à un niveau plus inconscient)
  • La volonté n’est pas le désir (ce n’est pas parce que vous voulez quelque chose que vous parvenez à mettre en place les actions pour l’obtenir. Les résolutions de nouvel an, on en parle ?)
  • Voyage dans son monde intérieur (l’auto-hypnose permet d’accéder à son monde intérieur pour vivre de nouvelles expériences qui se traduiront dans le monde extérieurs en de nouveaux comportements)
  • L’auto-hypnose est un apprentissage (et comme pour tout apprentissage, il est important de muscler son cerveau par la pratique. Un comportement prend plusieurs semaines de répétitiion avant de devenir une habitude)

Entrer en état d’auto-hypnose : la technique du body scan

  • S’installer confortablement en position assise dans un endroit calme et fermez les paupières
  • Concentrez-vous sur vos pieds (visualisez-les mentalement, ressentez les sensations en interne et en externe). Puis, imaginez la détente qui se diffuse dans vos pieds et ressentez comment elle agit.
  • Poursuivez votre body scan en remontant votre attention au niveau des chevilles, puis les mollets, les cuisses… jusqu’au sommet du crâne tout en répliquant les mêmes observations que pour les pieds.

Objectifs et Suggestions

  • étape 1 = Formulez votre objectif (ex : je veux avoir confiance pour mon entretien)
  • étape 2 = Imaginez-vous un moyen de locomotion pour vous projeter dans un futur proche (ex : la célèbre DeLorean du film « retour vers le futur »)  où vous avez atteint votre objectif.
  • étape 3 = dans ce futur idéal, observez ce qui vous entoure (lieux et personnes) ; vos comportements (posture, manière de bouger et parler ; attitudes…) ; vos capacités (qu’êtes-vous capables de faire que vous ne faisiez pas avant d’avoir atteint votre objectif ?) ; vos croyances (qu’est-ce que vous vous dites sur vous / les autres / le monde qui a changé? ; demandez-vous en quoi cela modifie votre identité et comment cela s’est fait de façon naturelle et adaptée à ce qui est important et bon pour vous ; demandez-vous en comment cette nouvelle version de vous qui vous convient mieux s’inscrit dans votre mission de vie ?
  • étape 4 = Prenez maintenant le temps de ressentir tout ce que cela créer comme émotions / sentiments / sensations pour vous quand votre objectif est atteint.
  • étape 5 = Imaginez maintenant un « objet-souvenir » que vous pouvez rapporter avec vous dans votre présent (un peu comme quand on revient d’un voyage)
  • étape 6 = Reprenez votre moyen de locomotion pour voyager dans le temps et revenir dans l’ici et maintenant avec votre « objet-souvenir ». Suggérez à votre inconscient que maintenant qu’il a visionné le film achevé, il pourra continuer le montage à l’intérieur pour que le produit final corresponde à votre vision de réalisateur et vous convienne.
  •  étape 7 = Reconnectez-vous à la réalité extérieure en écoutant les bruits autour de vous, en ressentant votre assise. Prenez une bonne inspiration ou deux er revenez ici et maintenant. Étirez-vous si besoin et reprenez le cours de vos activités.

Livre pour aller plus loin :

Les Émotions

“Toutes les grandes découvertes sont faites par ceux qui laissent leurs émotions devancer leurs idées.”
C. H. Parkhurst

Définition

Une émotion est une réaction physiologique, qui ne dure que quelques minutes, permettant au corps de répondre de façon adaptée à un stimulus perçu par les cinq sens.Le corps se met en tension et mobilise de l’énergie pour combler le besoin qui a fait émerger l’émotion.

5 Dimensions :

– des manifestations physiques (rougissement, agitation, accélération des battements cardiaques, transpiration…)
– des pensées qui alimentent et font durer l’émotion
– la nature de l’émotion (agréable, désagréable)
– l’intensité de l’émotion (l’impatience n’est pas la même chose que la furie ou la rage)
– la tendance à l’action (envie de pleurer, crier, sauter de joie, taper…)

6 émotions de base :

  • joie
  • tristesse
  • surprise
  • peur
  • dégoût
  • colère

On ne peut pas contrôler une émotion, elle émerge dans le corps sans volonté consciente. Cela n’a donc pas de sens de juger une émotion comme positive ou négative : une émotion est juste une messagère.

Une émotion est une réponse adaptée face à un événement venu de l’environnement extérieur (la peur en cas de danger, la colère face à de l’irrespect, la joie suite à un événement heureux, la tristesse face à une séparation…).

Une émotion n’est pas un sentiment
Si les émotions sont une pure réaction physiologique, les sentiments sont quant à eux des états affectifs d’ordre psychologique, même si un sentiment est souvent le prolongement d’une émotion (par exemple : l’angoisse par rapport à la peur, la déception par rapport à la tristesse…).

Exercice pour apprendre à gérer les émotions

1. Écouter le message qu’elle délivre (elle a toujours une utilité) et la remercier pour ce message

2. Lui écrire une lettre en lui expliquant vos ressentis liés à son apparition

3. Utiliser la cohérence cardiaque quand une émotion est trop forte : pendant cinq minutes, respirez au rythme de 6 respirations par minute (5 secondes à l’inspiration et 5 secondes à l’expiration en adoptant une inspiration abdominale par le nez et en expirant par la bouche comme si on soufflait dans une paille).

Livres et film pour aller plus loin :

Les phobies

« Il est plus facile de se débarrasser d’une phobie en 5 minutes qu’en 5 ans. »
Richard Bandler

Définition

Plusieurs critères :
1. Peur intense et incontrôlable
2. entraîne des stratégies d’évitement
3. ressenti de souffrance quand il y a confrontation

3 groupes principaux selon le DSM-IV :

1. phobies spécifiques (animaux, éléments naturels, sang)
Elles créent un handicap limité car peu de contact avec l’object ou la situation phobique

2. phobies sociales
Elles constituent une peur intense du regard ou jugement d’autrui et sont plus invalidantes au quotidien.

3. trouble panique avec agoraphobie
C’est la crainte de ressentir un malaise, surtout dans lieux publics. Ce trouble est très handicapant et les crises d’angoisses entraînent beaucoup d’évitement.

2 outils efficaces :

1.Hypnose Ericksonienne
2.Thérapie Cognitivo-Comportementale