Entrez dans la Transe : Thriller Hypnotique

Le 31 janvier 2019 est paru mon premier roman intitulé Entrez dans la Transe.

Ce thriller est né à la suite de la réécriture plus approfondie d’une nouvelle longue, Le Pendule de Janus, publiée en juillet 2018 sur Amazon.

Résumé :

« Lorsqu’elle se réveille à l’hôpital après trois jours dans le coma, Caroline n’a aucune idée de comment elle a atterri là, ni aucun souvenir des jours précédents.

Aidée par un psychiatre de renom pratiquant l’hypnose, elle va tenter de remonter le fil de sa mémoire pour découvrir des secrets qu’elle aurait peut-être dû laisser enfouis… Entre visions sanglantes et angoisses latentes, elle va se retrouver prise dans les filets d’un esprit toujours plus tortueux.

Un thriller hypnotique qui joue entre réel et imaginaire, conscient et inconscient, pour emporter le lecteur dans le tourbillon d’un puzzle troublant. »

Vous pouvez vous le procurez en format broché ou numérique, sur les sites tels que Amazon, Fnac, Cultura… ou en commande chez votre libraire. Mais également sur la plate-forme Books On Demand où il est en promotion notamment en version Ebook pour sa semaine de lancement.


La mousse au chocolat

Rémi était un oeuf tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Assis dans son compartiment spécialement réservé à son genre, il observait ce qui se passait autour de lui dans le réfrigérateur.  Il avait deux passions. La première , découvrir sa mission de vie. Il s’était bien posé la question de son origine, mais après quelques blagues lourdes de ses voisins Mayo et Ketchup sur de qui la poule ou l’oeuf était apparu en premier, il avait orienté son questionnement existentiel sur son destin. Et puis, il y avait Katia. Arrivée en même temps que lui, Katia était de la même espèce et trônait, de ses belles courbes ovales, sur le même présentoir que Rémi. Il était secrètement amoureux d’elle, sans jamais avoir osé l’aborder.

Alors qu’il se languissait de son amour, la porte du réfrigérateur s’ouvrit soudain, laissant entrer la lumière extérieure. Rémi se figea dans l’attente de savoir si son heure était venue. Quand la main de l’humain le saisit, il se sentit tout excité et fier d’être l’élu du jour. Enfin, il allait réaliser sa destinée ! Il fut d’abord déposé sur un plan de travail et, à sa grande surprise, rejoint par Katia qui le regardait pour la première fois, un peu apeurée. Il prit son courage à coquille et la rassura. Même dans ses rêves les plus fous, il n’avait jamais imaginé que sa mission de vie s’accomplirait en si belle compagnie…

La main le saisit de nouveau et le sépara en jaune d’un côté qui atterri dans un saladier rouge, et blanc de l’autre qui plongea dans un saladier bleu. Il fut étonné de constater que les dires de ses ainés sur la conscience localisée en son jaune était erroné. Elle était partout en lui, en jaune, comme en blanc. Alors, même divisé dans sa chair, il pouvait encore tout sentir de part et d’autre, comme si sa conscience s’était clonée en deux lieux. Katia subit le même sort et, quand son corps entra en contact, puis fusionna avec sa belle, il devint fébrile, puis excité. Il la caressa, se mélangea à elle pour ne faire plus qu’un, en harmonie. Quel plaisir, quelle extase ! La main de l’humain continuait son oeuvre et, muni d’un appareil électrique plongea dans les blancs et des drôles de sensations prirent naissance en Rémi. Il était secoué à très haute vitesse et toutes ces vibrations fort agréables par ailleurs, eurent pour effet de le faire monter en neige avec Katia. L’apothéose survint quand ils se retrouvèrent figés dans le saladier, de telle sorte que, même quand la main le retourna et qu’ils se retrouvèrent tête en bas, ils restèrent figés dans cette posture.

D’un autre côté, dans le saladier rouge, la main se saisit d’une cuillère en bois pour les mélanger à nouveau. La sensation était légèrement différente en jaune, mais toute aussi plaisante. La proximité, l’intimité de la fusion avec Katia avait quelque chose de divin. Il sentit alors une odeur qui lui parvenait d’à côté. Une odeur de chocolat noir qui fond, accompagné d’un soupçon de lait de coco pour parfumer le chocolat. Son flair fut récompensé quand la main fit glisser le chocolat parfumé à la noix de coco, chaud et fondant. Ils se lièrent et en profitèrent pour faire connaissance, car ils ne venaient pas du réfrigérateur et Rémi ne les avaient qu’entre-aperçu lors d’une brève rencontre dans un chariot, quelques jours plus tôt.

C’est alors qu’il sentit que sa partie blanche entrait en contact avec sa partie jaune pour fusionner de nouveau le tout, mais dans quelque chose de plus grand, de plus universel, accompagné d’autres invités. Après quelques minutes à vibrer sous les coups de cuillères, il avait la tête qui tournait dans un vertige de bonheur. La main recouvrit le saladier et les replaça au frigo, transformés, transcendés. Il entendit Mayo et Ketchup, admiratifs, évoquer le délicat nom de mousse au chocolat et il sut que son destin était à la hauteur, voire plus grand que tout ce qu’il avait pu envisager. Fièrement, il se dressa, mêlé aux autres aliments avec qui il ne faisait plus qu’un, prêt à ravir les papilles de ceux qui auraient l’honneur des les déguster…

L’étincelle

J’ai 12 ans…

Et ma nouvelle professeur de français me subjugue. Elle est belle, elle est prof. Et quand elle parle littérature, la lectrice déjà passionnée que je suis, est hypnotisée par ses paroles. Elle propose l’écriture d’une rédaction sous forme de fiction. Je m’y attelle. C’est mon premier récit et je veux l’impressionner. Puis, à mesure que l’encre coule sur ma feuille, un autre désir surgit, comme une étincelle. Le désir de raconter une histoire, de transporter l’autre dans un voyage qui l’emportera comme je le suis quand je lis les romans de Stephen King ou d’Agatha Christie, le soir sous ma couette. L’étincelle est née. Et elle va continuer de grandir au travers l’écriture régulière de nouvelles, de poèmes ou même de chansons. Tout est prétexte à l’expression créative de ce feu qui s’embrase.

J’ai 33 ans…

Après des études de psychologie, je rencontre l’hypnose. Un autre genre de feu. Une autre façon de raconter des histoires. De celles qui permettent aux autres de changer. De changer de perception, de croyances, de comportements aussi. Et je repense à cette histoire, le cercle des poètes disparus, qui a été le roman de mon premier changement post-livresque. Le feu s’anime et trouve de nouveaux chemins qui viennent compléter l’embrasement initial. Des séances où je raconte l’histoire que les lecteurs ont besoin d’entendre pour avancer dans leur vie, des articles qui précisent les chemins du changement possible, des chroniques… Un nouveau foyer s’est crée et va venir alimenter, nourrir et se nourrir, du foyer initial.

J’ai 38 ans.

Après quelques années de pratique de l’hypnose, une nouvelle étincelle. Celle-ci a été rendue possible par les précédentes qui ont évolué, en brûlant les peurs et les angoisses qui me consumaient, où la fumée toxique des saboteurs intérieurs venaient troubler ma vue et asphyxier la beauté des flammes qui m’animaient. Cette étincelle donne naissance à un roman. Un roman qui sera auto-publié. Le premier. C’est tout de même une fierté que de laisser aboutir un désir en réalité. Et une nouvelle certitude s’embrase. Il est le premier d’une longue lignée d’histoires à raconter à d’autres afin de transmettre, comme il m’a été transmis, l’étincelle d’une émotion, d’un plaisir sous la couette, d’un voyage où même, pourquoi pas d’un questionnement voire un changement…. 

Elizabeth Gilbert parle du génie créatif #6

La curiosité de la vie dans tous ses aspects est, je pense, le secret des grands créatifs.
Léo Burnett

Cette conférence #TED d’Elizabeth Gilbert traite du génie créatif qui est en chacun de nous, et de la manière dont les idées nous parviennent. Elle évoque l’inspiration comme la capacité à capter des idées qui sont dans « le cosmos » et qui viennent frapper à notre porte. Si vous la saisissez et l’écoutez, vous pourrez en faire une oeuvre créative (chanson, roman…). En revanche, si vous la saisissez mais n’en faites rien, elle repartira à la recherche d’une autre personne susceptible de la transformer en oeuvre créative. Cette perception fait penser à l’inconscient collectif de Jung par certains aspects.

La créativité consiste juste à relier des points entre eux.
Steve Jobs

Bref, une conférence très intéressante sur la manière de percevoir l’inspiration et les idées qui sont finalement à la portée de tous, à condition d’être à leur écoute et de les transformer quand vous les saisissez… C’est plutôt une belle perception, je trouve 🙂